Cybermalveillance.gouv.fr : lancement du dispositif national d’assistance

Cybermalveillance.gouv.fr : lancement du dispositif national d’assistance

Au regard de l’augmentation du nombre d’attaques informatiques notamment de types rançongiciel et hameçonnage, la prévention et l’assistance technique de proximité portées aux victimes d’actes de cybermalveillance – particuliers, entreprises (TPE/PME) et collectivités territoriales jusqu’alors non accompagnés – constitue un objectif prioritaire.

Le 18 juin 2015, au cours de la présentation de la stratégie numérique du gouvernement, le Premier ministre Manuel Valls annonçait la mise en place d’un dispositif national d’assistance aux victimes d’actes de cybermalveillance. Objectif confirmé le 16 octobre de la même année lors de son intervention relative à la Stratégie nationale pour la sécurité du numérique.

Le dispositif, incubé par l’ANSSI et copiloté avec le ministère de l’Intérieur, qui s’adresse gratuitement aux particuliers, aux entreprises et collectivités territoriales (hors OIV), a pour objectifs :
– la mise en relation des victimes via une plate-forme numérique avec des prestataires de proximité susceptibles de restaurer leurs systèmes ;
– la mise en place de campagnes de prévention et de sensibilisation à la sécurité du numérique ;
– la création d’un observatoire du risque numérique permettant de l’anticiper.
Ce dispositif s’appuie d’une part sur les prestataires techniques de proximité et d’autre part sur les réseaux existants au niveau territorial, qu’il s’agisse des administrations de I‘État (Gendarmerie, Police, représentants locaux de I’ANSSI) ou des collectivités et acteurs locaux (chambres consulaires, fédérations professionnelles, réseaux “transition numérique”, etc.).

Mise en œuvre du dispositif : expérimentation en région Hauts-de-France

La plate-forme www.cybermalveillance.gouv.fr est disponible depuis le 30 mai 2017 avec une phase expérimentale en Hauts-de-France, région représentative du territoire national par la diversité du taux d’urbanisation de ses départements et par l’implication des acteurs locaux dans la sécurité du numérique…

Communiqué

Partager cette publication